• septembre 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Concerts

 
Concerts OPRL : 14h30 et 16h
Liège, Salle Philharmonique
Symphonique

Portes ouvertes

Hors abonnement
Un rendez-vous convivial pour toute la famille pour découvrir l’OPRL et sa saison 21-22, aux côtés de son Directeur musical Gergely Madaras.
 
Env. 60'
Liège, Foyer Eugène Ysaÿe (Salle Philharmonique)
Musique de chambre

Duo Émeraude

Musique à midi
C’est en partageant leur travail au pupitre de l’OPRL qu’Aleš Ulrich et Urszula Padała-Sperber décident de former un duo de violons.
 
Env. 60'
Liège, Salle Philharmonique
Musique de chambre

Cor(p)s et âme

Happy Hour !
Le corniste de l’OPRL David Lefèvre et son épouse célèbrent la double rencontre des notes et des mots, de la Grèce et de la Belgique !
 
Env. 1h25'
Liège, Salle Philharmonique
Symphonique

Jeunes prodiges

Grands classiques
L’ORCW propose une ode à la jeunesse à travers une plongée dans les musiques de compositeurs précoces comme Britten, Arriaga ou Mendelssohn.
 
Env. 1h40'
Liège, Salle Philharmonique
Récital

Nino Gvetadze

Piano 5 étoiles
Nino Gvetadze explore les œuvres de Schumann composées en 1838 et 1839, des Scènes d’enfants aux contrastes saisissants des Kreisleriana.
 
Env. 85
Virton, Centre Culturel et Sportif
Symphonique

Symphonie classique

Hors abonnement
Peter Petrov met son talent au service du 2e Concerto pour piano de Chostakovitch ; Gergely Madaras révise ses classiques avec Schubert et Prokofiev.
 
Env. 65'
Liège, Salle Philharmonique
Symphonique

Classiques en chapka

Les samedis en famille
Un joli conte russe raconté par Marie Neyrinck en guise d'introduction à la Symphonie « Classique » de Prokofiev et au Concerto pour piano n° 2 de Chostakovitch.
 
Env. 75'
Liège, Salle Philharmonique
Symphonique

Diaboliques !

Music Factory
Pierre Solot et Gergely Madaras vous présentent les personnages maléfiques dans le répertoire symphonique. Diaboliques !
 
Env. 60'
Liège, Salle Philharmonique
Musique de chambre

Amours suspendues

Happy Hour !
Un concert « spectacle » inspiré à la fois par l’histoire de Barbe-Bleue et par la BD de la jeune Marion Fayolle, Les amours suspendues.