Symphokids : L'interview de Fanny Gouville

Fanny Gouville

La Chargée de l’action culturelle et du développement pédagogique à l’OPRL dévoile les grandes lignes de ce nouveau festival conçu pour les enfants de 3-18 ans.

Comment est venue l’idée de Symphokids ?

Elle est née du désir d’ouvrir les portes de la Salle Philharmonique au jeune public, durant toute une journée, dans une atmosphère de proximité avec l’Orchestre. Nous savons que les familles sont très demandeuses de concerts « jeunes publics » : des spectacles musicaux pour enfants, on peut en trouver facilement, mais avec un grand orchestre, c’est nettement plus rare ! Symphokids est l’occasion de faire découvrir l’OPRL au travers de spectacles spécialement conçus, dans leur durée, leur contenu, leur présentation, pour les enfants et les adolescents, avec une vraie dimension participative.

Comment avez-vous élaboré la programmation ?  

D’une part, il y aura deux spectacles imaginés récemment par l’équipe pédagogique de l’OPRL et donnés en concerts scolaires. Nous concevons chaque saison plusieurs projets pédagogiques dont les thématiques, le répertoire et la présentation sont pensés de manière très spécifique dans ce cadre ; c’est l’occasion de les montrer au public familial ! D’autre part, nous ferons venir de France des projets avec orchestre, qui ont fait leurs preuves là-bas auprès des tout-petits et des ados, et seront repris par l’OPRL. La musique symphonique se frottera au jazz, au chant, ou même aux nouvelles technologies, ici utilisées comme un outil artistique à part entière.

Pourquoi Symphokids s’adresse-t-il aux 3 à… 18 ans ?

L’Orchestre, cela peut aussi toucher les plus grands, même s’ils sont parfois plus difficiles à convaincre ; l’utilisation du numérique avec « Geek Bagatelles » sera ici une porte d’entrée, et les incitera à une interaction qui leur correspond mieux. Les ados n’ont plus ce lien à l’imaginaire qu’ont les tout-petits, ils ont quitté le conte pour le concret ; c’est donc à nous d’aller sur leurs terres, en explorant les musiques de jeux vidéo, ou encore en les faisant bouger avec l’orchestre par l’intermédiaire de leur smartphone : l’appli « Geek Bagatelles » leur permettra de déclencher des sons au départ de leurs mouvements. Dans ce projet, toute la salle participe, mais un groupe d’étudiants de l’Athénée Liège 1 aura été préparé de manière plus approfondie et sera interprète sur une plus longue intervention.

L’OPRL pour les jeunes, en quelques chiffres, ça donne quoi ? 

C’est environ 80 séances scolaires, soit 14.000 enfants touchés, sur une année scolaire. Il faut ajouter à cela les familles qui assistent à nos concerts publics : Les samedis en famille, Music Factory, L’orchestre à la portée des enfants… ce qui représente 24 concerts dans toute la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2019-2020.

Est-ce important pour les musiciens de l’OPRL de jouer pour les enfants ?

Oui, évidemment ! Cela casse les barrières, car les enfants sont toujours spontanés et francs. Les musiciens jouent le jeu et peuvent apporter une touche d’humour, de l’improvisation... Et la dimension participative contribue aussi au souvenir enchanté qui restera, tant pour les enfants que pour les musiciens !

Propos recueillis par Séverine Meers

 

La page du Festival Symphokids