L'interview de Jean-Pierre Borboux : « On est frappé par la qualité et le volume étonnants de la production de Jongen »

Borboux

Le 2e soliste des violoncelles de l’OPRL souhaite honorer le 150e anniversaire de la naissance du compositeur liégeois, à l'affiche le mardi 18 avril, à 16 heures, dans le cadre de la série Happy Hour !
 

Pourriez-vous nous rappeler qui est Jongen ?

Joseph Jongen est né à Liège, en 1873. Très jeune, il montre des dispositions étonnantes pour la musique, ce qui lui permettra de mener à bien des études complètes de piano, d’orgue et d’écriture au Conservatoire de Liège, et d’obtenir – consécration suprême à l’époque ! – un Prix de Rome belge de composition, à seulement 23 ans. Après un voyage d’études de quatre ans à travers l’Europe, il devient professeur d’harmonie au Conservatoire de Liège, en 1902, puis de fugue au Conservatoire de Bruxelles, en 1920, avant de prendre la direction de cet établissement, de 1925 à sa retraite en 1939. C’est à Sart-lez-Spa, où il avait une seconde résidence, qu’il compose la plupart de ses œuvres (137 numéros d’opus). C’est là aussi qu’il s’éteindra, en 1953, à près de 80 ans.

Comment a eu lieu votre rencontre avec sa musique ?

Je pense que mon tout premier contact avec sa musique a dû se faire au travers de… leçons de solfège, à l’Académie Grétry (rire). J’ai eu ensuite l’occasion de jouer son Poème pour violoncelle et piano au Conservatoire de Liège puis, en concert, son Trio à cordes op. 135, son Quatuor pour piano et cordes op. 23 au Festival de Stavelot, et enfin le programme symphonique du disque Jongen enregistré par l’OPRL en 2014.

Quelle est l’importance de Jongen en tant que compositeur ?

Objectivement, on est frappé par la qualité et le volume étonnants de sa production, qui est très sous-estimée. En dehors de sa Symphonie concertante pour orgue et orchestre, jouée dans le monde entier, on ne propose plus que rarement ses œuvres symphoniques. Sa production de musique de chambre, monumentale et de grande qualité, est par exemple absente du guide Fayard, ce qui est totalement incompréhensible. Sans doute le style de Jongen – entre romantisme et impressionnisme – auquel il a été fidèle toute sa vie, a-t-il joué en sa défaveur auprès des tenants de la musique moderne, atonale et dodécaphonique. Pourtant, je réentendais récemment ses Tableaux pittoresques pour orchestre ; c’est quand même très très beau… et quel orchestrateur fabuleux !

Comment ce projet « Happy Jongen » est-il né ?

Sachant que l’Orchestre avait prévu un concert symphonique d’hommage à Jongen, en février 2023, j’ai proposé d’organiser en complément un Happy Hour ! dédié à sa musique de chambre. L’idée était de replacer les œuvres de Jongen en perspective avec celles de compositeurs que Jongen a fréquentés au cours de sa vie. De 1898 à 1902, après avoir remporté un Prix de Rome belge, il séjourne à Berlin, Vienne, Rome et Paris, où il reçoit les conseils de Richard Strauss et Vincent d’Indy, et se lie avec Fauré. Le programme retrace donc un peu son parcours.

Comment s’est fait le choix des œuvres ?

Jongen a beaucoup écrit pour des formations diverses (Quintette avec flûte et harpe, œuvres pour 4 saxophones, etc.) qui étaient trop éloignées de l’effectif envisagé pour ce concert. Nous avons donc opté pour des valeurs sûres telles que le Quatuor pour piano et cordes de 1902, le Trio à cordes de 1948, rehaussées par le côté exotique de la Habanera pour violoncelle et piano de 1928 et la Serenata pour violon et piano de 1929. De Fauré et d’Indy, nous avons choisi des extraits de leurs quatuors pour piano et cordes. Quant à Richard Strauss, il est représenté par une œuvre de la fin de sa vie, le magnifique Sextuor extrait de son opéra Capriccio (1942), écrit pour 2 violons, 2 altos et 2 violoncelles. C’est une œuvre crépusculaire, sorte d’étude qui sera suivie par les Métamorphoses.

Quelle sera l’intervention d’Axelle Thiry ?

Bien que porteur du projet (avec Virginie Petit), je ne me sentais pas capable d’assurer moi-même la présentation tout en jouant. C’est pourquoi j’ai eu l’idée de faire appel à Axelle Thiry, productrice sur Musiq’3, où elle anime des émissions dans le domaine de la musique et des lettres, des entretiens avec des auteurs et des compositeurs, des feuilletons radiophoniques… Elle présentera le concert comme un récit de voyage, une sorte de conte, illustré d’extraits de lettres. Son but est de mettre du liant entre toutes les pièces, comme si on parcourait le fil d’une histoire.

Propos recueillis par Éric Mairlot

Réserver en ligne