Musiques du monde : Mongolie / Egschiglen
< Piano 5 étoiles : Momo Kodama
06.02.2017 [08:30]

Musiques du monde : Mongolie / Egschiglen

En tournée européenne, l’ensemble Egschligen interprète le 23 février les polyphonies des steppes de l’Asie centrale, à la source de l’imaginaire poétique des nomades. Et une technique de chant qui laisse… sans voix.


Le jeudi 23 février, à 20h, la série de "Musiques du monde" de l'OPRL propose une chevauchée effrénée en Mongolie, à l’extrémité des steppes de l’Asie centrale avec l'ensemble Egschiglen. Créé en 1991 par quatre étudiants du Conservatoire d’Oulan-Bator, la capitale de la Mongolie, Egschiglen (ou «Belle mélodie» en français) fait entendre des chants polyphoniques envoûtants des nomades de traditions chamanes. Ces chants invitent l’auditeur à goûter à la poésie naturaliste de la culture mongole. Ils décrivent les montagnes chatoyantes les étendues herbeuses, la pureté des lacs et des rivières, l’âpreté des terres désertiques, le galop des chevaux dans les steppes arides, le silence méditatif du désert de Gobi. Chacune de ces images a sa propre illustration sonore.

Accompagnées par les danses d’Ariuna Tserendavaa, ces musiques
vocales et instrumentales reflètent la merveilleuse harmonie d’un peuple vivant en accord avec la nature. Le répertoire d'Egschiglen alterne chansons traditionnelles et arrangements subtils d’éminents compositeurs mongols du XXe siècle, certains parmi leurs anciens professeurs. L'ensemble utilise un éventail instrumental est captivant : le morin khuur (ou vièle à tête de cheval) à deux cordes et la contrebasse ih khuur, tous deux de forme trapézoïdale, et enfin le tobshuur, sorte de luth à deux cordes.

Egschiglen fascine aussi par l'usage de la technique du "khöömii" : un chant de gorge aussi appelé chant diphonique qui permet l’émission de deux sons simultanément. Le premier son est une longue note tenue (le bourdon), l’autre est une note harmonique susceptible de varier selon les muscles vocaux impliqués pour provoquer des effets diversifiés  : sifflements, grondements, nasillements…). Un chant diphonique qui laisse… sans voix.

Le concert sera présenté par Étienne Bours.

En collaboration avec les Jeunesses Musicales de Liège